pixelfacebook
Livraison de cosmétiques offerte en France

C'est les vacances du 15 au 22 Juillet - Reprise des expéditions le 23 Juillet

Livraison de cosmétiques offerte en France

C'est les vacances du 15 au 22 Juillet - Reprise des expéditions le 23 Juillet

3 méthodes pour faire un macérât huileux de plantes : les classiques et l’intermédiaire alcoolique

Vous vous demandez comment faire un macérât huileux de plantes ?

Nous vous présentons dans cet article 3 méthodes efficaces pour faire un macérat huileux de plantes : plantes fraîches, plantes sèches et intermédiaire alcoolique

 

Les macérats huileux de plantes sont des préparations naturelles qui permettent d’extraire les principes actifs des plantes. Ils peuvent être utilisés pour la confection de produits cosmétiques et pour leurs propriétés curatives.

Dans cet article, nous allons vous présenter 3 manières de faire des macérats huileux de plantes et vous donner les étapes pour effectuer ces macérations en prenant des exemples concrets.

Généralités valables pour les 3 méthodes de macérations huileux

✅ Il est préférable de prendre des huiles qui ne rancissent pas facilement comme l’olive ou le tournesol oléique ou de rajouter de la vitamine E (tocophérol) pour celles qui rancissent.

✅ De même, pour une application d’un macérât huileux sur le visage, il faudra être attentif/ve à ne pas prendre d’huile comédogène (attention à l’huile de coco par exemple).

Nous préconisons, pour des raisons écologiques évidentes, l’utilisation d’huiles que vous pouvez trouver facilement proche de chez vous.

Méthode 1 : Le macérat huileux de plantes fraîches

Le macérat huileux de plantes fraîches n’est pas le plus recommandé car il est risqué à cause des éventuelles moisissures qui pourraient se développer. Nous n’utilisons donc jamais cette méthode mais elle est plébiscitée par de nombreux herboristes pour des plantes fragiles comme la pâquerette.

Voici donc la marche à suivre pour faire un macérat huileux de plantes fraîches en prenant comme exemple le macérât huileux de pâquerette, communément nommé l’huile de pâquerette (au passage la pâquerette, plante de la famille des Asteracées, se nomme en réalité, bellis perennis. Elle a, selon la littérature, des propriétés tenseur pour la peau et le buste. Elle est aussi réputée pour les peaux sensibles et pour les bosses et coups, d’où son surnom de petite arnica). Nous en utilisons dans notre huile corps tonifitout)

Proportions à respecter pour le macérat huileux de plantes fraîches

👉 Utiliser 100 grammes d’huile végétale pour 10gr de fleurs

👉 Ajoutez 1 gramme de sel (pour 10 grammes de fleurs) au fond de votre pot pour absorber l’excédent d’eau qui pourrait éventuellement rester. Pas de panique, le sel ne se mélange pas et sera filtré.

Recette du macérât de fleurs fraîches

👉 Cueillir les boutons (fleurs) de bellis sans les tiges

👉 Faire pré sécher les fleurs une nuit afin d’enlever le plus gros de l’humidité

👉 Remplir un bocal (préalablement stérilisé avec de l’alcool à 70° ou après l’avoir fait bouillir dans une casserole et complètement séché) d’huile végétale bio de première pression à froid ou d’un mélange de 2 huiles végétales en respectant les proportions ci-dessus.

Deux possibilités pour faire le macérat de fleurs fraîches : la macération solaire ou la macération à température contrôlée

La macération solaire

La macération solaire consiste à laisser le macérât huileux pendant une durée de 4 à 6 semaines au soleil recouvert d’un papier kraft, d’un carton ou d’un tissu. Il est indispensable d’éviter le contact direct avec le soleil qui augmente le rancissement des huiles et altère la qualité de l’huile à cause des rayons UV.

Durant ces 4 à 6 semaines, il est très important de remuer régulièrement et d’ouvrir le pot tous les 2 jours pour que l’eau qui pourrait subsister s’évapore (l’idéal est un pot fermé avec un tissu et entouré d’un élastique pour favoriser l’évaporation).

La macération à température contrôlée

La macération à température contrôlée consiste à mettre le macérât huileux dans une yaourtière ou une mijoteuse pendant 8 à 12 heures à 50 degrés maximum (méthode qui n’altère pas les huiles ni les plantes et est beaucoup plus rapide).

La filtration du macérât huileux de plantes fraîches

Une fois l’un de ces deux étapes effectuée, filtrez avec un bas, une gaze ou un filtre à café.

La conservation du macérât huileux de plantes fraîches

Il se conserve 6 mois à l’abri de la lumière et de la chaleur.
Attention à ne pas le conserver si vous remarquez un changement d’aspect ou d’odeur.

Méthode 2 : le macérât huileux de plantes sèches

Le macérat huileux de plantes sèches est une méthode plus sûre que le macérat huileux de plantes fraîches car, si le séchage est complet et bien réalisé, il permet d’éviter au maximum les risques de rancissement et de moisissure.

Astuces pour bien sécher les plantes aromatiques et médicinales

✅ Un bon séchage se fait toujours dans un endroit bien ventilé et à l’abri de la lumière. Un contact direct avec le soleil altère les principes actifs des fleurs, c’est pourquoi nous recommandons d’éviter de mettre les plantes directement au soleil ou dans des endroits qui chauffent trop comme une plage arrière de voiture en été.

✅ L’idéal est de placer les plantes dans une cave sèche ou un garage ou encore un recoin de la maison sur des cagettes en bois ajourées par exemple ou dans des paniers. Vous pouvez également directement suspendre vos plantes attachées en bouquets, si ceux ci ne sont pas trop épais.

✅ Pour vérifier qu’une plante est sèche, il faut appuyer sur son cœur (au centre) qui doit devenir craquant surtout sur les fleurs difficiles à sécher comme le calendula ou la camomille par exemple.

Que faut il pour faire un macérât huileux de fleurs séchées ?

👉 Un grand pot en verre, un bocal ou une bouteille en verre à large goulot (de type jus de fruits)

👉 Des fleurs préalablement séchées

👉 De l’huile végétale bio, locale et de première pression à froid. Choisissez une huile qui ne rancit pas facilement comme l’olive ou le tournesol oléique par exemple

👉 Un filtre à café et un élastique ou du papier sulfurisé

 

Comment faire un macérât huileux de fleurs séchées ?

👉 Comme d’habitude, commencer par se laver les mains et stériliser le récipient. Il doit être bien sec

👉 Remplir le bocal de fleurs sèches au 3/4 —> Attention elles doivent vraiment être sèches pour qu’il n’y ait pas de rancissement

👉 Recouvrir les fleurs d’huile végétale

👉 Fermer le bocal à l’aide de papier sulfurisé ou d’un filtre à café entouré d’un élastique

👉 Placez le bocal dans un endroit ensoleillé mais recouvrez le d’un linge ou d’un sachet en papier kraft et laissez macérer 4 semaines minimum en remuant la préparation une fois par jour minimum

Vous pouvez utiliser également la technique de macération à température contrôlée expliquée plus haut (ou vous pouvez aussi accélérer la macération en mettant le bocal contenant les fleurs et l’huile au bain marie dans une eau chauffée au maximum 40 °C pendant quelques heures. Cela permet d’accélérer le transfert des actifs de la fleur dans l’huile)

👉 Il ne reste plus qu’à filtrer et transférer dans un contenant préalablement stérilisé

La conservation du macérât huileux de plantes sèches

A conserver entre 6 et 9 mois à l’abri de l’air, de la lumière et à température ambiante. Attention à ne pas le conserver si vous remarquez un changement d’aspect ou d’odeur.

 

Méthode 3 : le macérât huileux par intermédiaire alcoolique

C’est, pour nous, la meilleure méthode de macération car l’alcool est un bien meilleur solvant que l’huile.

Les cosmétiques que nous vendons sont tous composés de macérats huileux par intermédiaire alcoolique.

Comment faire un macérat huileux par intermédiaire alcoolique ?

👉 Comme d’habitude bien stériliser tout le matériel

👉 Réduire en poudre la plante séchée à l’aide d’un robot de cuisine par exemple. Plus les particules sont petites plus l’extraction sera bonne

👉 Mettre la plante dans un grand récipient en verre ou en inox

👉 Ajouter la moitié du poids de la plante en alcool (par exemple pour 100 grammes de plantes, 50 mililitres d’alcool). Plus le titre alcoolique est élevé, meilleure est l’extraction, l’idéal étant de l’alcool bio agricole non dénaturé à 96° mais, si vous n’êtes pas professionnel, vous n’en trouverez pas en France.

👉 Faire pénétrer l’alcool dans la plante en brassant et mélangeant puis couvrir le récipient pendant au minimum 2 heures.

👉 Lorsque les 2 heures sont écoulées ajouter l’huile végétale (7 fois le poids de la plante donc dans notre exemple précédent 700 grammes)

👉 Il faut ensuite effectuer une macération à température contrôlée comme expliquée ci dessus et ceci pendant minimum 3 semaines pour que l’alcool s’évapore totalement et ne reste pas dans le produit fini. Pendant toute la durée de la macération, le brassage est important, au minimum une fois par jour.

Cette méthode nous vient des Etats-Unis et a été popularisée en France par Christophe Bernard. Nous n’avons juste pas le même temps de macération final, le nôtre étant beaucoup plus long.

Pour retrouver tous nos cosmétiques fabriqués sur place dans notre laboratoire à base de nos macérâts huileux (et de nos plantes cultivées en Agriculture Biologique bien sûr), rendez vous sur cette page : les cosmétiques Coeur Nature.

Partager cet article

15 Responses

    1. Bonjour Gwen, ravie qu’il vous plaise. N’hésitez pas à le partager autour de vous. Belle journée. Elodie

    1. Bonjour Alain,
      Oui, le macérat huileux par intermédiaire alcoolique extrait plus de principes actifs et est plus concentré que le macérat huileux classique.

    1. Bonjour, comme mentionné dans l’article vous pouvez utiliser une yaourtière ou mettre votre macérât au soleil sous un papier kraft et utiliser un thermomètre pour surveiller la température. Bonne journée. Elodie

      1. Moi aussi,je ne pas compris cette étape. Je dois utiliser la méthode de macération contrôle, savez dire le mettre dans la yogurtier pour 3 semaines enclenché jour et nuit a 50*C ?

        1. Oui vous pouvez faire comme cela car la yaourtière consomme peu d’électricité mais l’idéal est d’utiliser la chaleur du soleil en couvrant votre macérat d’un papier kraft (et en le rentrant la nuit), cela est beaucoup moins énergivore. L’important c’est de brasser régulièrement. Belle journée. Elodie

  1. Bonsoir
    Est-ce que les quantités de fleurs sont les mêmes pour les 2 types de macérâts ( Macérât de fleurs fraîches/ Macérât de fleurs sèches) ?
    Merci pour ces ” recettes ” 😊

    1. Bonjour,
      Mes excuses pour le délai de réponse je n’avais pas vu votre commentaire. Tout dépend de la quantité finale souhaitée mais le plus simple est encore de remplir votre pot ou bocal en entier et de recouvrir les plantes d’huiles (toutes les plantes ne font pas le même poids donc c’est la manière la plus simple de faire même si j’ai donné des indications en grammes pour le macérat de plantes fraîches). Il faut surtout bien les peser si vous faites le macérat par intermédiaire alcoolique pour mettre la bonne quantité d’alcool.
      Belle journée
      Elodie

  2. Bonjour, une petite question en ce qui concerne le macerat huileux avec intermédiaire alcoolique, nous sommes d’accord que le recipient ne doit pas être fermé mais simplement recouvert afin de laisser l’alcool s’évaporer? Merci beaucoup 🙂

  3. Bonjour,
    En ce qui concerne le macérat par intermédiaire alcoolique il me semble que Christophe Bernard ne laisse pas vraiment macérer dans l’huile. Le macérat serait utilisable pratiquement aussitôt fait. L’idée étant qu’en mélangeant les plantes à l’huile à l’aide du blender le macérât tiédisse et l’extraction se fait à ce moment.
    Mais je suis dubitative quant aux principes actifs extrait au moment où la plante est dans l’huile. Cela me paraît un peu court. Qu’en pensez-vous ?
    En tout cas merci pour ce récapitulatif très intéressant.
    Johanne

    1. Bonjour Johanne,
      Effectivement nous n’utilisons pas tout à fait la même méthode puisque moi je laisse macérer les plantes entre 2 à 3 semaines après avoir réalisé l’extraction par l’alcool et je n’utilise pas le blender. Je trouvais également le temps préconisé trop court. Belle journée. Elodie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles

Articles récents

Y a du nouveau
chez Cœur Nature !

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription :-( Pouvez-vous réessayer?
Merci, votre inscription à la newsletter d'Elodie | Coeur Nature est confirmée 🤍

La newsletter d'Elodie | Coeur Nature

Vous voulez avoir des nouvelles du champ, des ateliers à venir, des produits ou des recettes et info sur les plantes ? Inscrivez-vous :